Lettre Hebdo n°560  / 27-03-2012

  Augmenter |   Réduire


#socialtags


 


Le fait de la semaine : l’Ordre s’emmêle


Dans son bulletin, le Conseil National de l’Ordre des Médecins revient sur le paiement à la performance sur objectif de santé publique. Cette « interview croisée » véhicule des contrevérités, contrevérités financées par les cotisations obligatoires des médecins.


Le Président de l’Ordre parle de conflit d’intérêts avec le patient. Ce soi-disant conflit repose-t-il sur le fait que le médecin est incité et rémunéré pour une meilleure pratique, par exemple une meilleure prise en charge du diabète ? Où est le conflit d’intérêt ? N’est-ce pas justement l’intérêt du patient de voir son médecin aidé pour prendre le temps de lui expliquer la démarche de soins et les examens nécessaires à son suivi ?


Quand le Président de l’Ordre parle d’une recherche d’économies, il semble aussi que cette notion du meilleur soin au meilleur coût fait partie du Code de déontologie. Le Président de l’Ordre a-t-il l’intention de faire supprimer cette partie d’un code qui doit être la référence de chaque médecin et qui ne semble plus être la sienne ? Les signataires ont d’ailleurs supprimé la règle du tout-ou-rien que représentait la partie « économies » qualifiée « d’efficience » présente dans le Contrat d’amélioration des pratiques individuelles (CAPI).


Le parti-pris tel qu’il préside à cet article n’a rien à voir avec la défense de l’éthique et de la profession. Cela pose un problème quand on s’adresse à tous les médecins dont la quasi-unanimité a souhaité tenter l’expérience d’un investissement sur les objectifs de santé publique. Les intervenants, dans l’article, ont été choisis de manière partisane sans la présence d’un seul syndicat primo-signataire, mais celle du seul signataire opposant !


L’Ordre, s’il doit persister dans cette direction à savoir être la caisse de résonnance de ceux qui s’oppose à la convention, verra sa prise de parole malheureusement délégitimée sur tout son champ de compétence y compris éthique et deviendra rapidement inaudible.


Lire le bulletin de l’Ordre des Médecins


Dr. Michel COMBIER.
Président



Focus :


  • Les services portes ont les faveurs des candidats à la présidentielle. Mettre des cabinets de libéraux généralistes dans les urgences hospitalières. Voilà une idée qui fait flores. Mais qui ne repose pas sur une analyse objective des réalités. Certes, un certain nombre de patients, qui arrivent aux urgences, relèvent de la médecine générale de premier recours. Mais une grande partie y arrive alors que les cabinets de ville sont ouverts. Y-a-t-il une difficulté pour accéder à ces cabinets ? Faut-il demander aux urgences de réorienter ces patients vers la médecine de ville pour leur apprendre à gérer leur santé avec leur médecin traitant ? Faut-il analyser les retards de recours qui souvent relèvent plus d’habitudes sociétales que de vrais besoins de santé ? Faut-il créer une nomenclature pour permettre aux Généralistes d’aménager leur organisation afin de recevoir des patients nécessitant une prise en charge plus rapide ou à certaines heures comme le début de soirée ? Avant de mettre en place ce qui risque d’être un appel d’air supplémentaire vers l’hôpital et donc une dépense non maitrisée, il vaudrait mieux répondre à ces questions dont les réponses n’éviteront pas la nécessaire information et formation des patients. La période tout azimut des annonces électorales n’est pas vraiment la meilleure pour réfléchir posément.


  • Les soins de ville maitrisés, et au-delà, en 2011. Malgré la grippe de début d’année et l’augmentation de la valeur du C concomitante, les soins de ville ont été au-delà de sages puisque, pour un objectif de 550 millions, l’économie a été de 610. Les libéraux de santé ont tenu leur engagement au-delà des espérances. Une raison supplémentaire pour rééquilibrer l’objectif annuel en faveur des soins de ville. Voir le communiqué de la CSMF



Observatoire de la Convention :


Cette rubrique permet de faire le point sur les difficultés quotidiennes de l’exercice dues aux complications de l’Assurance Maladie... ou d’autres. Vous pouvez l’alimenter en faisant part de votre expérience sur le site de l’UNOF-CSMF (www.unof.org ). Rubrique : « l’observatoire de la convention ».


  • Revalorisation de la Visite de nuit profonde régulée. Depuis hier, la Visite de nuit de 0H à 6H, dans le cadre de la permanence de soins, passe pour le médecin d’astreinte de 78€ à 82,50€. Un petit plus en faveur de la permanence de soins qui ne devrait pas coûter trop cher à la communauté nationale puisque les Agences Régionales de Santé ont tendance à fermer la nuit profonde ! Voir la cotation sur le site UNOF


  • Rappel des nouveautés tarifaires du 22 mars 2012 : la Visite Longue VL pour les patients atteints d’une maladie neuro-dégénérative ; le C2 pour tous les spécialistes de médecine générale ; Frottis vaginal associé (à moitié prix) à la consultation. Lire le détail de ces revalorisations.


  • A venir au mois de mai : la nouvelle règlementation des indemnités kilométriques avec, pour le médecin traitant, la possibilité de l’associer à la Visite sans tenir compte du médecin le plus proche ; l’association de la FPE et du MNO pour les examens des 8ème jour, 9ème et 24ème mois permettant de passer à 33€ pour ces consultations (au lieu de 28€). Consulter les prochaines mesures tarifaires.


  • Paiement à la performance  : la calculette de l’UNOF-CSMF permet de calculer sa rémunération à partir des seuils intermédiaires. Rappel de quelques règles qui vous permettront de faire votre estimation : au-delà du seuil intermédiaire, la rémunération est proportionnelle à l’exécution. En dessous, c’est la progression par rapport à l’année n-1 qui est pris en compte, la rémunération ne pouvant excéder 50% de la rémunération totale. En rentrant le niveau de l’objectif de l’année N-1, vous pourrez calculer la rémunération de la progression. Accéder à la calculette


 



Journées de l’installation : vous vous installez ? Pour tout savoir sur les démarches à entreprendre


La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) organise une Journée de l’Installation en médecine libérale le jeudi 5 avril 2012 à Rouen.


Bulletin d\\\’inscription en ligne


 



« Les Grands Prix du Généraliste »

Le magazine « Le Généraliste » lance un appel à candidatures pour ses « Grands prix du Généraliste ». Lors de l’édition 2012, 4 « G d’Or » seront remis à des médecins généralistes pour distinguer les initiatives les plus remarquables en médecine générale. Décernés par un jury en mai, ils seront remis le 14 juin prochain. Chaque prix sera valorisé d’une dotation de 1000 euros, mais c’est surtout l’occasion de médiatiser un projet, une idée, un concept.
Pour participer, c’est très simple : il suffit au généraliste candidat de télécharger un dossier sur www.legeneraliste.fr et de le renseigner en ligne,
avant le 22 avril, accompagné d’un bref descriptif de l’action.



Evolutis DPC/FORMUNOF, la formation de tous les médecins, rien que vous vous !


Découvrez les formations 2012 et réservez celles qui vous intéressent.



Suivez l’UNOF-CSMF sur Twitter : https ://twitter.com/UNOFCsmf



Retrouvez toute l’actualité de l’UNOF-CSMF sur FACEBOOK : www.facebook.com



Donnez-nous les e.mails de vos confrères


Indiquez-nous les adresses e-mails de vos confrères, ils recevront notre lettre hebdomadaire : unof@csmf.org



PARTENAIRES

 


 


Actualités fiscales en partenariat avec l’AGAPS : www.agaps.com


 


Retrouvez toutes les actualités de l’ACMF, le partenaire d’assistances et de services des professionnels de santé (en cliquant sur le logo)


 

JPEG


 


www.brochures-patients.com  : le 1er site gratuit de commande de brochures d’informations patients réservé exclusivement aux professionnels de santé.


Découvrez www.santepratique.fr, le nouveau portail d’information médicale pour vos patients.


 


 

Espace privé // Porte documents // Conception & développement du site de l'UNOF 2002->2014- Maurice BINIASZ